You are currently viewing Comprendre l’épigénétique : Guérir les blessures émotionnelles liées à notre histoire

Comprendre l’épigénétique : Guérir les blessures émotionnelles liées à notre histoire

Aujourd’hui, je t’emmène avec moi pour une nouvelle facette de nos blessures émotionnelles : au cœur de la génétique et de l’influence de notre environnement sur nos blessures émotionnelles. Comment peuvent-elles se manifester et comment nous pouvons les guérir. Prépare-toi à une exploration captivante de notre héritage génétique et émotionnel !

Il y a quelques années, je me suis interrogé sur l’éducation de soumission face au « savoir blanc » qui se manifestait dans le milieu professionnel parisien où j’ai travaillé en tant que responsable des ressources humaines pendant plus de 15 ans.

En s’appuyant sur les avancées de l’épigénétique, plusieurs chercheurs cherchent à démontrer la transmission transgénérationnelle des traumatismes psychologiques, tels que l’esclavage.

Aux États-Unis, le message est clair : les conséquences psychologiques de l’esclavage sont évidentes, notamment dans l’intimité des familles où règne la peur, en particulier pour les enfants masculins noirs. En réaction, on enseigne aux enfants noirs la soumission aux policiers blancs. Oui, ceci est un effet psychologique de la mise en esclavage de leurs aïeux à cause de leur couleur de peau. D’ailleurs, je te parle des cicatrices du passé des réunionnais dans cet article.

Qu’en est-il de La Réunion ? Pourquoi n’osons-nous pas ? Quel est l’avantage de rester invisible ?

Cet article fait partie de série sur le sujet que tu retrouveras ici au fil de l’eau:  De notre Histoire réunionnaise.

Temps de lecture :7 minutes

epigénetique

Les blessures de rejet et d'invisibilité sont-elles inscrites dans nos gènes ?

Parmi les blessures émotionnelles les plus courantes, celles du rejet et de l’invisibilité peuvent avoir des répercussions profondes sur notre vie. Si t n’es pas familière avec ce sujet, je t’invite à lire « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même: Rejet, abandon, humiliation, trahison, injustice » de LiseBourbeau .Le rejet, qu’il soit vécu dans notre enfance ou transmis de génération en génération, peut créer un sentiment d’insécurité, d’abandon et de faible estime de soi. De même, l’invisibilité, lorsqu’on se sent négligé ou non reconnu, peut engendrer des sentiments d’impuissance et de frustration.

Le pouvoir de l'épigénétique

L’épigénétique est un domaine passionnant de la science qui étudie comment notre environnement et nos expériences peuvent modifier l’expression de nos gènes, sans altérer notre code génétique de base. En d’autres termes, notre histoire personnelle et les traumatismes vécus par nos ancêtres peuvent laisser une empreinte sur notre ADN, ce qui influence notre comportement, notre santé et notre bien-être émotionnel.

Comment l'épigénétique influence nos blessures émotionnelles ?

La recherche en épigénétique nous montre que ces blessures émotionnelles peuvent être transmises de génération en génération. Les expériences vécues par nos ancêtres peuvent modifier les marqueurs chimiques de l’ADN, appelés « méthylations », qui peuvent influencer la façon dont nos gènes sont activés ou désactivés.

Les marques épigénétiques sont des traces des expériences d’une personne sur son ADN. Elles permettent de considérer la biologie comme une mémoire de l’environnement social transmissible à sa descendance.

Cela signifie que les blessures émotionnelles non résolues peuvent se perpétuer au fil des générations, affectant ainsi notre propre bien-être.

Le stress ou le traumatisme psychologique vécus par nos aïeux pourraient donc avoir des conséquences biologiques.

C’est en lisant des articles sur des soldats ayant fait la guerre et des petits-fils de personnes ayant vécu l’Holocauste que j’ai fait le lien avec notre histoire à La Réunion. Je regrette vraiment que, une fois de plus, les descendants d’esclaves soient marginalisés. Cependant, la psychogénéalogie, la communication quantique et l’interrogation des mémoires cellulaires fournissent déjà des réponses sans équivoque.

Alors, une fois de plus, j’ai envie de dire à nos chers ancêtres : merci pour votre courage, je suis désolé que vous ayez vécu tous ces drames (déportation, violences, famine, pauvreté), mais tout cela est derrière moi.

Ma blessure de rejet a favorisé mon burn-out en métropole

Vous êtes nombreux à m’avoir fait part de votre expérience en tant que Réunionnais (Kaf, métis, Malbar en métropole), et de ce sentiment de rejet des personnes à la peau blanche envers ceux d’entre nous qui sommes de nationalité française depuis… 

Souvent, cette expérience conduit à un sentiment étrange : savoir qu’on a le droit d’être là, mais ne pas se sentir à sa place.

épigénétique

Pourquoi accepter d'être rejeté et invibilisé ?

Le problème, c’est qu’au fond de nous, nous savons que nous avons des blessures, nous vivons avec. Au début, nous nous disons que c’est comme ça, et voilà. 

Ensuite, que ce soit notre petite voix intérieure, nos proches ou le comportement des gens à notre égard, nous nous disons : « C’est OK, j’ai déjà de la chance d’être là. » C’est un sentiment très répandu chez les personnes issues de milieux défavorisés, bien sûr, mais aussi chez les femmes en général ou chez les immigrés…

D’ailleurs, pendant mon enfance, j’ai appris que pour être accepté socialement, il fallait se conformer aux normes. Aux normes de qui ?

Le besoin de reconnaissance et d’acceptation est si profondément ancré en nous que pendant un certain temps, j’ai donné 1000% de moi-même sur le plan professionnel pour être acceptée dans le milieu universitaire, satisfaire ma hiérarchie, lisser mes cheveux, travailler plus que les autres pour prouver que j’avais ma place, et ainsi de suite.

Finalement, c’était par peur d’être rejetée en raison de ce que je suis : une femme noire réunionnaise.

Toute cette situation, entre mes 18 et mes 25 ans, a favorisé un conflit cognitif grandissant, qui a été à l’origine de mon burn-out.

Cette sensation d’avoir sa place n’a jamais vraiment été présente. Mais quand on en prend véritablement conscience… on se demande ce que je vais faire de ma vie, haha 🙈.

C’est-à-dire ? Se libérer émotionnellement, comprendre ses émotions, revenir à soi.

Ces derniers temps, je me suis comme réincarnée dans mon corps, connectée à nos belles énergies telluriques du volcan. Je fais attention aux mots que j’utilise pour parler de moi, j’honore mes ancêtres, j’apprends à prendre ma place sans craindre d’être invisibilisée.

Oui, dans l’atelier Alefa, nous nous éloignons du burn-out, nous réintégrons l’héritage d’amour et de résilience pour apaiser notre esprit et mieux prendre notre place.

Guérir les blessures émotionnelles de rejet et d'invisibilité

La première étape pour guérir ces blessures est la prise de conscience. En comprenant que nos schémas de comportement et nos émotions peuvent être influencés par des expériences passées, nous pouvons entamer un processus de guérison. Il est essentiel d’explorer nos propres histoires familiales, de reconnaître les schémas récurrents et de travailler sur la libération des émotions qui y sont associées.

Ensuite, nous pouvons utiliser des techniques de guérison telles que la thérapie, la méditation, la visualisation, l’écriture ou l’expression artistique pour libérer les émotions enfouies et reprogrammer notre ADN émotionnel. Nous pouvons également renforcer notre estime de soi en nous entourant de relations saines et en développant une pratique régulière d’amour-propre.

L’épigénétique nous offre une perspective fascinante sur la façon dont notre histoire personnelle et celle de nos ancêtres peuvent influencer notre bien-être émotionnel. En comprenant les blessures de rejet et d’invisibilité héritées, nous pouvons entreprendre un voyage de guérison et de transformation. N’oubliez pas que vous avez le pouvoir de changer votre propre histoire et de libérer les générations futures de ces blessures. Prenez soin de vous, soyez doux avec vous-même et embrassez le potentiel de guérison qui réside en vous.

Alefa veut dire aller de l’avant en malgache. C’est une invitation à prendre le temps. Un temps pour libérer ta mémoire cellulaire des traumatismes de l’Histoire de la Réunion.

Ces traumas cristallisés au fil de tes incarnations faussent tes expériences personnelles aujourd’hui et qui t’empêchent d’atteindre le bien-être au quotidien dans cette vie-là.

On va transmuter ses informations pour que tu puisses retrouver l’apaisement, la clarté et prendre ta place

D'autres ressources pour prendre soin de tes émotions

A propos de l’auteur

Bonjour, je suis Sophie

🤯 Après un burn-out, j’ai plaqué ma vie parisienne « parfaite » pour me reconnecter à mes valeurs profondes et devenir Naturopathe.

✌🏽J’aide les femmes réunionnaises dans la gestion de leurs émotions et à sortir de l’épuisement, du stress et du burn-out, dans le respect de leur histoire

🎓 je te transmets mon savoir et je te partage mon expérience pour que tu puisses reprendre ton autonomie sur ton bien-être

Tu veux en savoir plus sur moi ? Je t’invite à lire la page Qui suis-je.

Laisser un commentaire